Dr.Hair

comment prevenir calvitie chez les hommes

Comment prévenir la calvitie chez les hommes ?

La calvitie chez l’homme, souvent perçue comme un signe inévitable du vieillissement, suscite de nombreuses questions et préoccupations. Avec des hommes de tous âges cherchant des moyens efficaces pour prévenir ou ralentir ce phénomène, une question fondamentale demeure : est-il possible de prévenir la calvitie ?

Sur Dr Hair, nous explorons les facettes multiples de cette question, en mettant l’accent sur des approches scientifiquement fondées et pratiques. Vous pouvez être préoccupé par les premiers signes de perte de cheveux ou cherchez à comprendre les causes sous-jacentes de la calvitie, cet article vous expose des informations et des conseils utiles dans votre cas. Nous aborderons les causes, les moyens de prévention et les traitements potentiels pour ce problème courant, offrant ainsi une perspective complète et rassurante.

Comprendre la calvitie chez l’homme

Nommé aussi alopécie androgénétique, la calvitie masculine est très courante et affecte de nombreux hommes à différents stades de leur vie. Sachez que 15% des français perdent leur cheveux à partir de 20 ans, 30% des hommes trentenaires, 40% chez les quadragénaires et jusqu’à 80% pour les hommes de plus de 80 ans. Alors si vous vous sentez complexé par ce phénomène, repensez à ceci : vous faites partie des quelques millions de français atteints de calvitie.

A présent, essayons de comprendre ce phénomène commun plus en détail.

Qu’est ce qui provoque la calvitie ?

Plusieurs causes jouent sur l’alopécie androgénétique. D’une part tous les facteurs génétiques et hormonaux et d’un autre côté, les facteurs environnementaux et le mode de vie. Pour clarifier le sujet sur les phénomènes provoquant la chute de cheveux, voici les éléments précis responsables de l’alopécie :

  • La génétique : la cause la plus commune de la calvitie sont les gênes associés à cette condition. Généralement transmis par la mère, le gêne de l’alopécie appartient à la sensibilité des follicules pileux aux androgènes, en particulier à la dihydrotestostérone (DHT), un dérive de la testostérone.
  • Les hormones : du coup, la testostérone convertie en DHT par l’enzyme 5-alpha réductase, joue un rôle prédominant dans la miniaturisation des follicules pileux. Cette sensibilité entraîne une diminution de la phase de croissance des cheveux et un amincissement progressif jusqu’à ce qu’ils cessent de pousser.
  • L’alimentation et nutrition : il est clair qu’une alimentation déséquilibrée, pauvre en nutriments essentiels, affecte la santé du corps et des cheveux. Tous les produits transformés, la junk-food, une alimentation trop sucrée ou trop salée avec peu de fruits et de légumes n’apportent pas les vitamines et les minéraux nécessaires pour les cellules et les organes du corps.
  • Le stress : il peut être physique ou physiologique et influence directement sur la qualité de vos cheveux. Point important, des évènements stressants sont susceptibles de déclencher une chute de cheveux temporaire appelée effluvium télogène.
  • Les facteurs environnementaux : l’exposition à certains produits chimiques, la pollution et même les conditions climatiques extrêmes ne sont pas terribles pour protéger votre capillarité. Il en est de même pour la tabagisme à cause de son impact sur la circulation sanguine et la bonne santé des follicules pileux.
  • Les soins capillaires non appropriés : des traitements sur les cheveux agressifs comme les teintures, l’usage de produits coiffants ou de techniques de coiffage à haute température endommagent les cheveux et pourraient en accélérer la perte.

Donc, même si la génétique et les hormones sont majoritairement responsables de l’alopécie androgénétique, vous voyez que d’autres facteurs cités ci-dessus devraient être pris en compte. Si vous prenez des mesures préventives pour votre santé globale, vous pourrez minimiser les dommages en complétant avec des stratégies de traitement de la calvitie.

A quel âge commence la calvitie ?

homme 35 ans chauve

Pour reprendre ce qui a été dit un peu plus haut, la calvitie commence à différents âges. Certains hommes verront leurs cheveux s’éclaircir aux alentours de la vingtaine, tandis que la chute de cheveux chez les hommes en moyenne se situera plutôt vers la cinquantaine. Mais pour mieux comprendre à quel âge débute la calvitie, passons en revue les statistiques sur l’âge moyen et la variabilité d’un individu à un autre :

Statistiques sur l’âge moyen de début de calvitie

  • Début précoce : dans certains cas, la calvitie commence dès la fin de l’adolescence ou au début de la vingtaine. Il n’est pas rare de voir des signes initiaux, tel que le recul de la ligne des cheveux ou un amincissement sur le sommet du crâne, chez les jeunes hommes dans cette tranche d’âge. Sachez aussi que de récentes statistiques sur la perte de cheveux montrent qu’environ 25% des hommes commencent à les perdre avant l’âge de 21 ans.
  • Progression avec l’âge : vous pourrez le constatez par vous-même, mais la probabilité de développer une calvitie augmente avec l’âge. Environ tous les dizaines, le pourcentage des hommes perdant leurs cheveux va croissant de 10%. C’est pourquoi 1 homme sur 2 voit leur chute s’intensifier à partir de 50 ans.

Variabilité individuelle

  • Facteurs génétiques : comme nous avons pu voir auparavant, la calvitie est surtout causée par la génétique. Les hommes dont la famille a des antécédents de calvitie précoce ont plus de chances de rencontrer eux-mêmes cette situation. Au final, la composition génétique spécifique d’un individu influence sur la rapidité et le schéma de la perte de cheveux.
  • Influence du mode de vie : le stress, l’alimentation et l’état général de santé sont aussi à prendre en compte dans la précocité et la sévérité de la calvitie. La gente masculine qui s’habitue à un mode de vie sain, sachant gérer leur stress, ont une bonne alimentation et une activité physique régulière, verront parfois un retardement ou atténuement de la progression de la calvitie.
  • Variations hormonales : les fluctuations dans les niveaux d’hormones, en particulier de la testostérone et de la DHT, affecte l’âge auquel la calvitie commence. Ces oscillations sont en partie génétiques mais peuvent aussi être influencées par la santé générale et le mode de vie.

La calvitie est-elle du côté de la mère ?

La question de savoir si la calvitie est héritée du côté maternel est une croyance répandue, mais elle simplifie excessivement la complexité de la génétique de la calvitie. Alors cette information est-elle une légende ou bien une réalité ?

Explication de la génétique de la calvitie

Il est vrai que le gène principal associé à la calvitie, connu sous le nom de gène de l’androgène, est situé sur le chromosome X, que les hommes héritent de leur mère. Donc, cela a conduit à la célèbre certitude que la tendance à la calvitie est héritée par la mère.

Pourtant la réalité est bien plus complexe. En effet, le gène sur le chromosome X est un facteur important, mais il n’est pas l’unique gène impliqué dans l’alopécie androgénétique. N’oublions pas que des recherches ont démontré que les hommes dont le père est chauve sont plus susceptibles de le devenir également. C’est donc un trait polygénique, ce qui signifie que la calvitie est provoquée par plusieurs gènes situés sur différents chromosomes, y compris ceux hérités du père.

Mythes et réalités

Vous l’aurez compris, la calvitie héritée de la mère est bien une simplification. Pour l’hérédité, on préfèrera parler d’une combinaison génétique provenant des deux parents. Et si on ajoute à cela les agents connexes comme l’anxiété, l’hygiène de vie et le faible apport en nutriments, entre autres, on s’apercevra que les possibilités de calvitie sont nettement plus élevées.

Ce que l’on peut conseiller serait de ne pas avoir de certitudes concernant les antécédents du côté maternel, mais plutôt de prendre aussi en compte le côté paternel. En plus de cela, une concentration sur l’environnement et le quotidien de la personne est parfois beaucoup plus probant que la génétique (au moins pour l’atténuation d’un calvitie avancée).

Prévention et intervention précoce sur la calvitie chez les hommes

La prévention de la calvitie, surtout lorsqu’elle est abordée de manière précoce, peut être significativement efficace. Comprendre comment adopter des mesures préventives et reconnaître les signes avant-coureurs de la calvitie peut aider à ralentir, voire à arrêter, son évolution. L’équipe de Dr.Hair vous explique comment :

Puis-je prévenir la calvitie ?

Vous pouvez totalement prévenir la calvitie avec l’application de mesures préventives ainsi qu’avec une détection précoce. Nous tenons à préciser que si vous êtes prédestinés à perdre vos cheveux, il est possible de ralentir et de stopper la chute mais que vous n’aurez jamais une chevelure épaisse ou une crinière de lion. Par contre, protéger vos follicules pileux et prendre soin de vos cheveux, c’est tout à fait possible en mettant en place ces démarches :

Hygiène capillaire

Une des premières actions que vous pouvez généralement appliquer sans problème, serait de prendre soin de votre hygiène capillaire. Un cuir chevelu propre et sain favorise le renforcement des follicules pileux et la croissance des cheveux. Pour cela, nous vous invitons à :

  • Bien choisir vos produits : en optant pour des shampooings et des après-shampooings doux, sans sulfates, parabènes et autres produits chimiques agressifs. Cherchez des produits enrichis en ingrédients naturels comme l’aloès, les huiles végétales et les protéines qui aident à renforcer les cheveux et les maintenir hydratés.
  • Avoir une fréquence de lavage correcte : laver trop souvent vos cheveux est susceptible d’assécher le cuir chevelu. En revanche, un lavage insuffisant entraîne une accumulation de sébum et de produits obstruant les follicules. Il est préférable de laver vos cheveux tous les 2 ou 3 jours, mais cela peut varier en fonction du cuir chevelu de la personne (sec ou gras).
  • Opter pour une technique de lavage adéquate : préférez une quantité modérée de shampooing en massant le cuir chevelu plutôt que sur les longueurs de cheveux. Le but est de vous focaliser sur le cuir chevelu en réalisant des mouvements légers avec le bout des doigts pour favoriser la circulation sanguine et déloger les impuretés.
  • Sécher vos cheveux après lavage : toujours de la douceur ! Ne frottez pas trop brusquement vos cheveux mais plutôt séchez-les gentiment avec une serviette propre ou un sèche-cheveux à basse température.
  • Faire attention aux produits coiffants : pour les amateurs de gels, de laque ou de cire, dirigez-vous plutôt vers des produits coiffants peu lourds ou peu collants, car ils peuvent alourdir les cheveux et contribuer à l’obstruction des follicules pileux.
  • Traiter votre cuir chevelu : l’utilisation occasionnelle de traitements spécifiques comme des huiles apaisantes sont souvent bénéfiques pour le cuir chevelu.

Intervenir sur le stress

Tristement célèbre pour ses nombreux désagréments sur le corps humain à long terme, le stress sert à avertir et à préparer le corps d’un danger imminent. Le problème, c’est qu’il perdure chez un grand nombre de personnes dans une société où les évènements du quotidien sont déclencheurs de la production de cortisol dans notre cerveau. Par effet domino, cet exposition au stress fréquent, voire permanent, aggrave la chute de cheveux. Pour contrer le stress, voici quelques techniques efficaces qui vous aideront :

  • Méditation : la pratique régulière de la méditation est très efficace pour se recentrer, calmer son esprit et diminuer l’anxiété. A un niveau plus avancée, méditer permet de se concentrer sur le moment présent et à réduire le flot de pensées inutiles et néfastes.
  • Yoga : dans la même idée, le yoga utilise des techniques de méditation comme la respiration contrôlée et aide à libérer la tension corporelle, la circulation sanguine et à calmer l’esprit. Ce qui est bon pour la régulation du flux sanguin du cuir chevelu et aide à la croissance des cheveux.
  • Exercices de respiration : la respiration diaphragmatique ou la respiration alternée par les narines sont excellents pour diminuer le stress rapidement. En fait, que l’anxiété et le stress est présent, le cerveau est suroxygéné ce qui provoque des sensations désagréables. Alors, l’apprentissage de la respiration contrôlée permet une bonne oxygénation et à un effet instantané sur le système nerveux.
  • Activités relaxantes : la lecture, l’écoute de musique douce, les promenades en pleine nature, favorisent la diminution du stress. Vous pourriez aussi vous rabattre sur des passions ou des activités créatives comme la pratique d’un instrument, le dessin, la peinture…
  • Gestion du temps et organisation : avoir une organisation efficace vont vous aider à réduire le stress du quotidien lié au travail ou aux obligations de tous les jours. Etablissez un planning et priorisez les tâches en incluant des pauses régulières.
  • Thérapies et conseils de professionnels : dans des cas plus sévères de personnes stressées (les anxieux ou les gens victimes de stress post-traumatiques), la thérapie est une méthode beaucoup plus adaptée. Mais les autres techniques citées ne vous feront que du bien, donc vous pouvez les appliquer en supplément d’une thérapie.

Détection et surveillance des signes de calvitie

evolution de la calvitie

Plus vite vous détecterez une calvitie apparente, plus vite vous pourrez intervenir dessus et la stopper à temps. L’image ci-dessus, permet de situer un homme sur l’avancée de sa calvitie grâce à l’échelle de Norwood Hamilton. Donc en étant vigilant sur les premiers indicateurs, il est possible de réagir rapidement pour ralentir ou inverser le processus. Voici les signes avant-coureurs :

  • Recul de la ligne de cheveux : comme vous pouvez le voir sur l’image 2, 2a, 3, 3a et 4a. Observer régulièrement si la forme et la position de la ligne des cheveux reculent.
  • Eclaircissement des cheveux sur le sommet du crâne : visible sur l’image 3 vertex, 4 et 5. La diminution de la densité des cheveux sur le sommet de la tête peut être un peu plus complexe à vérifier. Utiliser un miroir ou demandez à un proche.
  • Augmentation de la perte des cheveux : il est normal de perdre entre 50 et 100 cheveux par jour. Mais au-delà est un signe avant-coureur de la calvitie. Regardez si vous trouver une quantité significative de cheveux laissés sur l’oreiller, dans la douche ou à d’autres endroits de votre habitat auquel vous restez le plus de temps.

Dès la constatation de ces signes, nous vous recommandons de consulter un dermatologue ou un trichologue qui est capable de détecter la cause de la perte de cheveux et proposer des solutions adaptés. Ces professionnels de santé peuvent effectuer des tests comme la biopsie du cuir chevelu ou des analyses sanguines pour exclure d’autres causes médicales de perte de cheveux.

Puis, selon le diagnostic, des traitements naturels comme notre Grow Up pour hommes, des changements de mode de vie ou des interventions chirurgicales pourraient être suggérés. Le plus tôt un traitement est commencé, plus les chances de ralentir ou de stopper la progression de la calvitie sont élevées.

Rôle de l’alimentation et de l’exercice dans la prévention de la calvitie

La santé des cheveux n’est pas uniquement déterminée par les soins externes ; elle est également fortement influencée par notre mode de vie, en particulier notre alimentation et notre niveau d’activité physique. Une bonne nutrition et un exercice régulier peuvent jouer un rôle significatif dans la prévention de la calvitie, en renforçant les cheveux de l’intérieur et en améliorant la circulation sanguine du cuir chevelu.

L’importance de la nutrition sur la santé des cheveux

  • Protéines : les cheveux sont principalement composés de kératine, une protéine. Une alimentation riche en protéines est donc essentielle pour la croissance et la force des cheveux. Inclure des sources de protéines comme la viande maigre, le poisson, les œufs, et les légumineuses peut aider à renforcer votre capillarité.
  • Vitamines et minéraux : la biotine (vitamine B7) est connue pour son rôle dans la santé des cheveux. Les carences en biotine peuvent conduire à une perte de cheveux. Les aliments riches en biotine incluent les noix, les graines, et certains légumes verts. D’autres nutriments essentiels pour les cheveux incluent le fer (qui aide à transporter l’oxygène vers les follicules pileux), le zinc (qui joue un rôle dans la réparation et la croissance des cheveux), et les vitamines A, C, D, et E.
  • Acides gras Oméga-3 : les acides gras oméga-3, présents dans le poisson gras, les graines de chia et les noix, sont importants pour maintenir le cuir chevelu hydraté et favoriser des cheveux sains.

L’impact de l’activité physique sur la santé des cheveux

  • Amélioration de la circulation sanguine : le sport ou une activité physique régulière améliore la circulation sanguine dans tout le corps, y compris le cuir chevelu. Une meilleure circulation signifie un apport accru en nutriments et en oxygène aux follicules pileux, ce qui est essentiel pour la santé des cheveux.
  • Réduction du stress : comme le stress est un facteur connu de perte de cheveux, le fait de bouger et d’être actif au quotidien, sont des puissants réducteurs de stress, et indirectement contribuent à la santé des cheveux. Des activités comme le yoga, la course à pied, ou même des promenades régulières, peuvent aider à réduire les niveaux de stress.
  • Equilibre hormonal : l’exercice, peu importe l’intensité, aide également à maintenir un équilibre hormonal sain, ce qui est bénéfique, car les déséquilibres hormonaux conduisent souvent à la perte de cheveux.

Traitement et gestion de la calvitie

Pour prévenir la calvitie chez les hommes, cela demande une vérification régulière, des habitudes de vie saines à mettre en place et de traiter le problème à la source (par une prise médicamenteuse, un traitement naturel ou une greffe de cheveux dans les cas les plus extrêmes). C’est encore un peu répétitif, mais bien comprendre le sujet est primordial si vous souhaitez lutter efficacement contre l’alopécie.

Combien de temps faut-il pour devenir chauve ?

Une nouvelle fois, tout dépend de la sévérité de votre calvitie, de votre mode de vie et d’autres facteurs (environnementaux, stress, évènements perturbants…). Cela varie d’un homme à un autre. Pour vous aider, reportez-vous à l’échelle de Norwood Hamilton et, année après année, vérifiez si vous passez rapidement par les différents stades de l’évolution de la calvitie :

  • Début de la calvitie : la calvitie commence généralement par un recul de la ligne des cheveux ou un éclaircissement au sommet du crâne. Cette phase initiale peut durer de quelques mois à plusieurs années, en fonction de l’individu.
  • Progression : avec le temps, la zone affectée s’élargit, conduisant à une perte de cheveux plus visible et étendue. Cette phase peut également varier en durée de manière significative selon les personnes.
  • Phase avancée : finalement, la calvitie peut évoluer vers une perte de cheveux presque totale, surtout sur le sommet de la tête. Cette phase est souvent plus rapide une fois qu’elle commence.

Puis d’autres facteurs influencent la vitesse de progression. Par exemple :

  • Génétique : la prédisposition génétique est le facteur le plus significatif dans la vitesse de progression de la calvitie. Si des membres de la famille proche ont connu une calvitie rapide, il est probable que ce schéma se répète.
  • Age : la calvitie peut commencer à tout âge, mais sa progression est souvent plus rapide chez ceux qui commencent à perdre leurs cheveux à un jeune âge.
  • Habitudes de vie : le stress, l’alimentation, et l’état général de santé peuvent influencer la vitesse de progression de la calvitie.

Traitements médicaux contre la calvitie

De nos jours, la science et la médecine a bien évolué. Il existe de nombreux traitements permettant de freiner cette évolution, voir de faire repousser les cheveux. Même si nous recommandons une approche naturelle qui s’avère encore plus efficace et sans danger pour la santé, voici quelques autres options disponibles :

  • Minoxidil : un traitement topique qui peut ralentir la perte de cheveux et stimuler la repousse dans certains cas. Il est disponible sans ordonnance.
  • Finastéride : un médicament oral prescrit principalement pour la calvitie masculine. Il agit en inhibant la production de DHT, une hormone impliquée dans la calvitie.
  • Greffe de cheveux : généralement, cela vous coûtera le prix d’un billet d’avion vers la Turquie et le logement sur place. De nombreux hommes font le voyage vers ce pays maîtrisant parfaitement la chirurgie de la greffe de cheveux.

Solutions naturelles et alternatives

Evidemment, nous allons prêcher pour notre paroisse et nous sommes sûrs à 100% que les solutions naturelles sont les meilleures pour la santé globale. En plus d’être efficaces au niveau de l’arrêt de la chute de cheveux et la réapparition de nouvelles mèches, aucun effet indésirable n’a été rapporté depuis des dizaines d’années contrairement aux autres solutions médicamenteuses ou chirurgicales. Voici des solutions pures et saines :

  • Huiles essentielles : certaines huiles, comme le romarin et la lavande, ont été associées à la promotion de la croissance des cheveux et à la santé du cuir chevelu.
  • Suppléments nutritionnels : les compléments contenant des vitamines et minéraux tels que la biotine, le zinc et les vitamines A, E, et D peuvent soutenir la santé des cheveux.
  • Approches holistiques : des pratiques comme l’acupuncture ou l’aromathérapie interviennent sur la gestion du stress et favoriser un bien-être général, ce qui peut indirectement bénéficier à la santé des cheveux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *